Le soleil c’est la vie

Les effets des UV sur la santé humaine

Durant les dernières décennies les messages de santé publique se sont concentrés sur les risques d’une exposition excessive au soleil. En effet, les rayons UVA qui constituent 95 à 97% des rayons UV qui atteignent la surface de la Terre, pénètrent profondément dans la peau, où ils peuvent contribuer indirectement au cancer de la peau en générant des molécules capables d’endommager l’ADN. En revanche, une exposition trop prolongée aux rayons UVB est responsable des coups de soleil. Les UVB entraînent également des dommages directs à l’ADN et favorisent la survenue de divers cancers de la peau. Les deux UV peuvent endommager les fibres de collagène, détruire la vitamine A dans la peau, accélérer son vieillissement et augmenter le risque de cancers de cet organe. Aujourd’hui, les trois principales formes de cancer de la peau – mélanome, carcinome basocellulaire et carcinome épidermoïde – sont largement attribuées à une exposition excessive aux rayons UV.

Une exposition excessive au soleil peut également causer des cataractes et des maladies aggravées par une immunosuppression induite par les rayons UV, telles que la réactivation de certains virus latents.

Toutes ces raisons font que nombreux d’entre nous fuient les rayons de soleil, limitant l’exposition et en se cachant sous des protections diverses et variées, chapeaux, vêtements à manches longues, lunettes de soleil, crèmes solaires… La vérité est que l’exposition au rayonnement ultraviolet du soleil a des effets non seulement néfastes, mais également largement bénéfiques sur la santé humaine. Tout est question de modération.

En terme de chiffres, l’exposition excessive aux rayons UV ne représenterait que 0,1% du taux mondial de morbidité et de nombreuses maladies liées à une exposition excessive aux rayons UV ont tendance à être relativement bénignes, hormis le mélanome malin. En revanche, le taux de morbidité nettement plus important résulterait de l’exposition aux rayons UV insuffisante. le manque de soleil cause des troubles majeurs du système musculo-squelettique et un risque accru de diverses maladies auto-immunes et de cancers potentiellement mortels. Parmi eux on compte le lymphome de Hodgkin, ainsi que de cancers du sein, de l’ovaire, du côlon, du pancréas ou de la prostate. En outre, bien qu’une exposition excessive au soleil soit un facteur de risque établi pour le mélanome malin cutané, une exposition prolongée au soleil serait liée à une augmentation du taux de survie des patients atteints d’un mélanome au stade précoce. Il est à noter que la plupart des mélanomes se produisent sur les parties du corps les moins exposées au soleil et que l’exposition professionnelle au soleil réduirait en fait le risque de mélanome.

L’avantage le plus connu de la lumière solaire est sa capacité à augmenter l’apport en vitamine D. En effet, la plupart des cas de carence en vitamine D sont dus au manque d’exposition au soleil en plein air. On pense aujourd’hui qu’au moins 1 000 gènes différents régissant pratiquement tous les tissus du corps sont régulés par la 1,25-dihydroxyvitamine D3 (1,25 [OH] D), la forme active de la vitamine D, dont plusieurs impliqués dans le métabolisme du calcium ainsi que dans le fonctionnement du système immunitaire et neuromusculaire.

Sans une quantité suffisante de vitamine D, les os ne se formeront pas correctement. Chez les enfants, cela cause le rachitisme, une maladie caractérisée par un retard de croissance et diverses déformations du squelette, y compris les jambes arquées caractéristiques. Chez les adultes et surtout chez les personnes âgées, les faibles niveaux de vitamine D peuvent aggraver ou accélérer l’apparition de l’ostéoporose et provoquer l’ostéomalacie douloureuse des os.

Diverses études ont établi un lien entre les faibles taux de 1,25-dihydroxyvitamine D3 (1,25 [OH] D) et des maladies autres que le cancer, augmentant ainsi la possibilité que la carence en vitamine D contribue à de nombreuses maladies graves. Par exemple, des niveaux élevés de vitamine D provenant du régime alimentaire ou de l’exposition aux rayons UV pourraient réduire le risque de développer la sclérose en plaques.

Il existe également des études, prouvant qu’un taux suffisant de vitamine D dans la petite enfance est associé à un risque moins élevé de développer un diabète de type 1. Il existe également un lien entre la sous exposition aux UV et le syndrome métabolique, un groupe de maladies qui augmente le risque de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires. Les personnes vivant à des latitudes plus élevées courent un plus grand risque d’hypertension et des carences en vitamine D chez les patients présentant une maladie cardiovasculaire sont souvent révélées. Un taux de vitamine D insuffisant est observé également chez les individus présentant un taux anormal du sucre dans le sang et ceux ayant développé la résistance à l’insuline.

L’exposition suffisante aux UV aide à combattre efficacement les infections bactériennes et virales. Il en est ainsi grâce à la cathélicidine, notre antibiotique naturel, dont la synthèse est stimulée par la vitamine D. C’est le manque de soleil qui nous rend plus vulnérables aux infections virales telles que la grippe, la bronchite et la gastro-entérite, ainsi que d’infections bactériennes telles que la tuberculose et la septicémie.

L’exposition au soleil suffisante pourrait conférer une protection contre d’autres maladies telles que la polyarthrite rhumatoïde , asthme et maladies infectieuses. L’exposition au soleil permet également d’améliorer l’état des patients atteints de tuberculose. Un taux élevé de vitamine D réduirait le risque du développement de cette maladie chez les porteurs du germe.

On pense que la photosynthèse de la vitamine D est à l’origine de la plupart des bienfaits de l’exposition au soleil, mais il existe de nombreux autres effets bénéfiques des rayons UV :

  • Les rayons UV augmentent les taux sanguins d’opiacés naturels appelés endorphines, ce qui contribue à la sensation du bien-être. Les endorphines sont connues pour soulager la douleur, accroître le plaisir et provoquer parfois une sensation d’euphorie.
  • L’exposition aux rayonnements UVA et UVB peut avoir des effets immunosuppresseurs directs, ce qui pourrait aider à prévenir les maladies auto-immunes.
  • Certaines recherches démontrent l’efficacité de la lumière solaire dans le traitement de troubles cutanés tels que le psoriasis.

Pour tirer le maximum d’avantages de la lumière du soleil, sans s’exposer aux risques, les scientifiques recommandent de brèves expositions répétées, qui de plus sont plus efficaces pour produire de la vitamine D. En effet, des expositions plus longues au soleil causent des dommages supplémentaires à la peau et augmentent le risque de photo-vieillissement et de cancer de la peau, mais n’augmentent pas la production de vitamine D.

Les niveaux suffisants de la vitamine D constituant une protection contre de nombreux problèmes de santé peuvent être facilement atteints, en prenant 4 000 UI de vitamine D3 sans exposition au soleil ou 2 000 UI plus quelques minutes d’exposition au soleil à midi, avec 40% de la surface de la peau exposée. Comptez 3 à 15 minutes pour les blancs et 15 à 30 minutes pour les noirs. Sachez que la lumière solaire pénètre dans la peau même à travers un écran solaire à indice élevé, vous pouvez donc minimiser les risques de coups de soleil, en enduisant votre peau de crème solaire, si vous prévoyez de passer à l’extérieur plus de temps.

Il ne faut pas oublier que la lumière du soleil nous est nécessaire pour une bonne qualité du sommeil. En effet, en tant que créatures diurnes, nous, les humains, sommes programmés pour rester à l’extérieur pendant que le soleil brille et pour rester au lit la nuit. C’est pourquoi la mélatonine est produite pendant les heures sombres et s’arrête lors d’une exposition optique à la lumière du jour. Cette hormone pinéale est un stimulant essentiel pour de nombreux rythmes circadiens du corps. Elle joue également un rôle important dans la lutte contre les infections, l’inflammation, le cancer et l’auto-immunité. Lorsque les personnes sont exposées au soleil ou à une lumière artificielle très vive le matin, leur production nocturne de mélatonine se produit plus tôt et elles s’endorment plus facilement la nuit. Le précurseur de la mélatonine, la sérotonine, est également affecté par l’exposition à la lumière du jour. En raison de notre mode de vie, nous passons le plus clair de notre temps à l’intérieur, ce qui fait que notre exposition au soleil est limitée. Les lunettes de soleil peuvent limiter davantage l’accès des yeux à la lumière du soleil, modifiant ainsi la production de mélatonine. S’exposer à lumière du soleil en plein jour, même de 10 à 15 minutes à peine, pourrait avoir des effets bénéfiques importants sur la santé.

Tenant compte du nombre de maladies et décès pouvant être attribuées au manque de soleil et de la vitamine D, il serait déraisonnable de se protéger excessivement du soleil uniquement pour prévenir le cancer de la peau. Consultez la liste des aliments les plus riches en vitamine D.